L’impôt et la saisie-attribution : focus sur l’article 1840 du Code civil

Décryptage de l’article 1840 du Code civil et ses implications en matière de recouvrement des impôts et de la saisie-attribution. Un éclairage sur les mécanismes juridiques permettant à l’administration fiscale d’assurer le recouvrement des créances fiscales impayées.

L’article 1840 du Code civil : contexte et objectifs

L’article 1840 du Code civil s’inscrit dans le cadre des dispositions légales régissant le recouvrement des impôts dus par les contribuables. Plus précisément, cet article vise à garantir l’effectivité du recouvrement des créances fiscales en cas de non-paiement par les redevables, en prévoyant un mécanisme spécifique : la saisie-attribution.

Cette procédure permet à l’administration fiscale, lorsqu’elle détient une créance certaine, liquide et exigible à l’encontre d’un contribuable défaillant, de s’assurer que cette créance sera effectivement payée. Elle consiste pour l’administration à se faire attribuer tout ou partie des sommes détenues par un tiers (banque, employeur, etc.) pour le compte du contribuable redevable.

Conditions d’utilisation de la saisie-attribution par l’administration fiscale

Pour mettre en œuvre une saisie-attribution, l’administration fiscale doit respecter certaines conditions prévues par la loi et notamment par l’article 1840 du Code civil. Tout d’abord, la créance fiscale en question doit être certaine, c’est-à-dire que son existence ne doit pas être contestable. De plus, elle doit être liquide, ce qui signifie qu’elle peut être évaluée en argent, et exigible, c’est-à-dire que le délai de paiement est arrivé à échéance.

A lire aussi  Lutte contre la fraude dans les courses en ligne : quelles mesures légales sont en place ?

Ensuite, l’administration fiscale doit avoir épuisé les autres voies de recouvrement amiable, comme les relances ou les mises en demeure. Si ces démarches restent infructueuses, elle peut alors recourir à la saisie-attribution pour assurer le recouvrement de la créance fiscale impayée.

Déroulement de la procédure de saisie-attribution

La procédure de saisie-attribution se déroule en plusieurs étapes. Tout d’abord, l’administration fiscale adresse au tiers détenteur des sommes appartenant au contribuable (banque, employeur, etc.) un acte de saisie lui ordonnant de bloquer les fonds correspondants à la créance fiscale impayée. Cet acte est notifié au contribuable redevable dans un délai maximum de huit jours.

Au terme d’un délai de quinze jours suivant cette notification, le tiers détenteur doit remettre à l’administration fiscale une déclaration précisant le montant des sommes saisies et les éventuelles contestations relatives à la saisie. Si le tiers détenteur ne respecte pas ces obligations, il peut être tenu personnellement responsable du paiement de la créance fiscale.

Enfin, si le contribuable redevable souhaite contester la régularité ou le bien-fondé de la saisie-attribution, il peut former un recours devant le juge compétent dans un délai de trente jours suivant la notification de l’acte de saisie.

Limites et garanties pour les contribuables

Si la procédure de saisie-attribution constitue un outil efficace pour l’administration fiscale afin d’assurer le recouvrement des créances impayées, elle est encadrée par plusieurs garanties destinées à protéger les droits des contribuables. Ainsi, certains biens sont insaisissables, comme les biens nécessaires à l’exercice de la profession du contribuable ou les prestations sociales et familiales.

A lire aussi  Article 1713 et résolution amiable des différends : une liaison nécessaire

De plus, cette procédure ne peut être mise en œuvre qu’à l’encontre des sommes détenues par un tiers pour le compte du contribuable redevable. Les sommes appartenant au conjoint ou aux enfants du contribuable ne peuvent donc pas faire l’objet d’une saisie-attribution. Enfin, les recours juridictionnels permettent au contribuable de contester la régularité ou le bien-fondé de la saisie et d’obtenir éventuellement sa mainlevée.

En résumé, l’article 1840 du Code civil encadre la procédure de saisie-attribution utilisée par l’administration fiscale pour le recouvrement des créances impayées. Cette procédure, tout en garantissant l’effectivité du recouvrement, préserve les droits des contribuables grâce à des conditions d’utilisation strictes et à des garanties protectrices.